Point de situation semaine 1

Posté par:

Dernier bilan de la piraterie:

Les enlèvements en mer ont atteint en 2016 leur plus haut niveau depuis dix ans. C’est en Asie dans les eaux séparant le sud des Philippines et la Malaisie que l’on note le plus d’attaques, suivies de séquestrations de marins. La piraterie toutefois a chuté au large de la Somalie, avec seulement deux navires attaqués sans succès l’an dernier, mais reste importante en Afrique de l’Ouest dans le golfe de Guinée particulièrement, assure le Bureau Maritime International (BMI) basé à Kuala Lumpur en Malaisie.

Premier constat du Bureau maritime international, les actes de piraterie sont en baisse. 191 attaques répertoriées en 2016 contre 246 l’année précédente. En revanche, les objectifs des pirates changent. Il ne s’agit plus seulement de s’emparer du navire et de sa cargaison, mais surtout de prendre en otage les équipages, pour récupérer des rançons, une technique devenue courante dans la mer de Sulu. Les eaux qui séparent le sud de Philippines et la Malaisie, sont devenues les plus dangereuses au monde. C’est la zone de chasse de groupes de pirates qui seraient liés au mouvement islamiste Abou Sayyaf et qui a fait allégeance à l’E.I.

Soixante-deux personnes ont été enlevées en mer en 2016 contre dix-neuf en 2015. Ces enlèvements ont eu lieu pour moitié en Asie et en Afrique de l’Ouest, mais les prises d’otages dans le golfe de Guinée sont généralement résolues beaucoup plus vite que celles qui surviennent en Asie ou les équipages sont parfois détenus durant des mois.

Enfin le Pérou qui n’avait constaté aucun incident en 2015 a enregistré 11 actes de pirateries l’an passé dont 10 dans le principal port du pays, à Callao dans la banlieue de Lima.

En ce début d’année, un seul incident est à signaler et il s’est déroulé en Asie.

 

Afrique de l’Est:

La mer Rouge et le bassin somalien demeurent des zones à hauts risques, notamment en raison de l’instabilité continue de la Somalie où les milices Al Shabab continuent de menacer potentiellement les navires.

Toutefois, la dernière patrouille de l’opération de l’OTAN Ocean Shield de lutte contre la piraterie a été effectuée par un détachement danois au départ des Seychelles.

Comme annoncée au cours de l’été, les moyens aéro-maritimes d’Ocean Shield ont quitté la zone, marquant la fin d’une opération démarrée à l’été 2009.

Créée en pleine crise des attaques pirates au large de la corne de l’Afrique, elle avait comme but initial de soutenir les patrouilles de la CTF 150 américaine. La force européenne « Atalante », continue quand à elle, à sécurisé cette partie de l’Afrique.

 

Afrique de l’Ouest :

Cette partie du globe reste actuellement une des plus sensible et violente pour ses attaques en particulier sur la côte et au large du Nigeria.

Le Golfe de Guinée est désormais l’épicentre de la piraterie maritime en Afrique. Cependant, aucun incident n’est à signaler en ce début d’année.
Asie du Sud Est & Inde

Les eaux qui séparent le sud de Philippines et la Malaisie, sont devenues les plus dangereuses au monde, toutefois un seul incident est a signaler cette semaine, localisé aux Philippines.

PHILIPPINES: Attaque d’un cargo
(Source IMB; ww.fleetmon.com)

Le 3 janvier, six personnes, armées de fusils automatiques, ont tiré sur le cargo OCEAN ROYAUME en 06: 36N – 122: 41E, 21.6 nm à l ‘Est de l’ île de Basilan.

Le Capitaine a déclenché l’alarme et augmenté la vitesse. Le message de détresse du navire a été transmis par la station de radio de Zamboanga aux autorités locales qui ont expédié des patrouilleurs appartenant à la Garde côtière philippine pour secourir le navire.

Un bref échange de feu a eu lieu entre pirates et navires de la Garde côtière. Le cargo a fait l’objet de multiples coups de feu sur le pont et les côtés tribord, toutefois, tout l’équipage est sain et sauf et en sécurité.

0

You must be logged in to post a comment.